Les Dernières Nouvelles

Chers amis,

Comme le temps passe vite.
Nous sommes dans la dernière ligne droite avant les fêtes de Noël. Noël, fête religieuse par excellence, néanmoins païenne (ou d’une autre religion) du nom de Yule pour les peuples germaniques.
Cependant la coutume du cadeau de Noël vient certainement de la Rome antique au moment de la fête des Saturnales et de celle du dieu Mithra, le dieu solaire.
A cette occasion, le 25 décembre, la dite classe supérieure romaine des patriciens avait coutume d’offrir à ses serviteurs quelques moments de liberté avec une petite pièce de monnaie qui les plaçaient sous la protection de Strénia, déesse de la santé ; Strénia = étrennes. Aujourd’hui, lors de la fête de Noël, reprise en main par l’église Catholique aux IV et Vème siècle, en interdisant la pratique du « culte païen ». Il fut décidé que Jésus serait né à cette date du 25 décembre et qu’à cette occasion on s’offrirait des cadeaux, les étrennes étant réservées pour le 1er janvier.
Cependant, aujourd’hui, autant offrir un cadeau, beau, de qualité, durable et choisi en fonction du bénéficiaire. Le soin apporté à la sélection du cadeau touchera d’autant plus celui qui le recevra !!
C’est pourquoi Brigitte MICAUD vous propose, au prix le plus juste, un vaste choix de broderies que vous pourrez lui commander, ou choisir à son domicile (voir l’article consacré à la vente des broderies).

Âgés de 21 ans, quatre jeunes étudiant en 3ème année en soins infirmiers de l’IFSI Croix Rouge, viennent de frapper à notre porte nous proposant de faire leur stage de fin d’étude à Ndiongolor au sein de l’association FOGOLA (voir l’article sur les stagiaires en soins infirmiers).

Notre ami Julien MOLARD devrait vous présenter sa prochaine conférence le 2 décembre prochain à 18h30 dans une salle de la Mairie des Fontaine rue de Saussure à Tours. Le thème : Épicurisme et Stoïcisme.

Deux courants philosophiques s’opposent à Athènes au IIIème siècle avant notre ère. Celui d’Epicure qui considère que ce sont les plaisirs naturels et nécessaires qu’il faut rechercher pour atteindre le bonheur. Celui de Zénon de Cittium qui affirme, lui, que c’est l’accomplissement du devoir qui rend les Hommes heureux.

N’oubliez pas notre prochaine réunion de bureau, à laquelle vous pouvez assister, ce jeudi 9 novembre à 18 heures.

Ci-dessous, voici un compte-rendu d’activité adressé en direct de Ndiongolor par Abdoulaye NDOUR directeur de l’école Emilien RAMIRO. (Emilien nous aura bientôt quittés il y a un an)

Chers amis,

Au cours ce mois d’octobre 2021 la principale information à vous donner est le recrutement des trois nouveaux enseignants suite au départ de Dieynaba Ndour et de Selbè Senghor. L’appel à candidature que nous avions lancé pour les remplacer, nous a permis de recevoir plusieurs demandes d’emploi. Une commission de recrutement a été sollicitée et mise sur place. Elle sera constituée principalement par des enseignants du village en service à l’école publique. Elle s’est réunie le mardi octobre 2021 pour choisir librement des instituteurs pour nous. 

Après ceci, nous avons organisé automatiquement la réunion pédagogique avec l’ensemble des enseignants (anciens et nouveaux) de l’école le lundi 18 octobre 2021 pour discuter sur la répartition des classes. C’est ainsi donc que nous avions retenu ceci :

-CI Lat Demba Faye

– CP Aminata Coulibaly

– CE1 A Odette Ngom

-CE1 B Cheikh Faye

– CE2 Mame Coumba Basse

-CM1 Abdoulaye Ndour

-CM2 A Moustapha Faye

-CM2 B Fatou Sene

 Les cours ont démarré effectivement le jeudi 21 octobre 2021 avec la présence de tous les enseignants au complet. Le matériel didactique aussi a été acheté et livré depuis le 25 octobre 2021.  La cantine va démarrer au cours du mois de novembre 2021. Le nombre d’élèves qui vont manger va certainement augmenter aussi vu l’effectif total que nous comptons cette année (249 effectif total pour l’élémentaire). Comme vous l’aurez constaté, nous avons deux classes de CM2 pour cette année et l’une d’entre elles sera tenue par une femme pour une première fois. Et c’est madame Fatou Sene qui va l’assurer.

Par la même occasion, j’ai eu à rencontrer les deux charretiers Madiabou Faye et Aliou Faye chargés du transport des élèves venant de Ndioudiouf et Bissimilah.  Ils m’ont tous exprimé leurs doléances. Le premier a demandé une avance de 45 000 f pour la réparation de sa charrette. Il va la rembourser au bout de 5 mois à raison de 10 000 f par mois pendant 4 mois et 5 000 f le 5ème mois. J’ai donné mon accord et il m’a signé une décharge. Le deuxième lui a parlé d’augmentation de salaire. On ne s’est pas entendu ; il a démissionné. J’ai cherché et j’ai trouvé un autre qui sera payé 20 000 f comme d’habitude.

Avant de conclure, je signale que le coronavirus a complétement régressé au Sénégal. Depuis plus d’un mois, le nombre de cas positifs déclarés par jour ne dépasse presque pas dix personnes avec un, deux ou souvent zéro décès. Au niveau du village de Ndiongolor et dans la région de Fatick, on est à zéro cas depuis presque longtemps. Cependant, nous ne devons pas baisser les bras. Nous devons rester toujours vigilants, penser chaque jour aux mesures barrières et demander aux populations d’aller se faire vacciner pour être plus en sécurité.

Merci de votre aimable attention !

Abdoulaye.

Prenez bien soin de vous

Bien amicalement

Michel ROUSSEAU